Insomnie

Insomnie

DEFINITION

L’insomnie se caractérise par une insatisfaction du patient liée à la qualité ou la quantité de son sommeil qui se traduit par des difficultés à s’endormir, à rester endormi ou à des réveils prématurés.

PERSONNES TOUCHÉES

Cette pathologie concerne environ 8 % de la population adulte.

On estime à 6 à 10% des personnes regroupant l’ensemble les symptômes requis pour être considéré comme le trouble l’insomnie. Toutefois, certaines études ont montré que jusqu’à 20% de la population pouvaient présenter certains troubles significatifs de l’insomnie.

8 adultes sur 100 0

COMPRENDRE LA MALADIE

Pour bien comprendre la maladie, il convient de différencier les 3 types d’insomnie intervenant à différentes phases du sommeil.

  • L’insomnie d’endormissement qui se caractérise par des difficultés lors de l’endormissement.
  • L’insomnie de maintien qui se manifeste par des réveils fréquents pendant la nuit
  • L’insomnie de fin de nuit qui va engendrer un réveil prématuré avec l’incapacité de se rendormir.

Toutefois dans la majorité des cas, les 3 types d’insomnie peuvent être présents.

Pour être considéré comme de l’insomnie, le patient doit faire preuve d’une détresse importante, avoir un impact significatif dans son quotidien et répondre aux critères diagnostiques un peu plus bas.

L’insomnie est très handicapante au quotidien et peut engendrer une grande fatigue pendant la journée faisant naître des difficultés de concentration, d’attention ou de mémoire. De même, le manque de sommeil va nécessiter beaucoup plus d’effort pour accomplir une tache simple par manque de motivation.

Mais l’insomnie ne va pas avoir uniquement un impact sur les activités. Le manque de sommeil, va avoir des effets importants sur le moral du patient qui pourra développer une irritabilité marquée et même l’entraîner dans une dépression dans les cas les plus graves.

SON IMPACT DANS LA VIE DU MALADE

L’insomnie est très impactant dans la vie sociale, sentimentale et professionnelle du patient. La fatigue est telle qu’il devient difficile voir impossible d’avoir quelconques activités dans la journée.

 Voici quelques témoignages de patients atteints d’insomnie :

J’ai de gros problèmes de concentration et cette horrible impression d’être constamment fatiguée. Je n’arrive pas à me concentrer et j’ai l’impression d’être nul”

“Au réveil, je n’ai pas le courage et la motivation de réaliser les tâches ménagères et je me laisse complètement débordé par mon quotidien.”

“J’angoisse beaucoup au moment du couché car je sais je vais avoir beaucoup de mal à m’endormir et cela accentue la difficulté de l’endormissement.”

“L’insomnie à un véritable impacte sur ma vie sociale et ma vie de couple, car je suis tellement fatigué que j’ai du mal à supporter les autres et je m’isole de plus en plus.”

LES CAUSES

 Il existe de nombreux facteurs pouvant provoquer l’insomnie, on peut trouver :

 

Le facteur psychologique

Les personnes anxieuses ou qui refoulent leurs émotions seront enclin à déclencher des insomnies. Il en sera de même pour les personnes présentant une hyperactivité mentale.

Un facteur environnemental

L’environnement du lieu du coucher est un facteur important. Le bruit, la lumière ou encore la température peuvent gêner l’endormissement et accentuer l’insomnie. Les écrans ou jeux vidéo avant le coucher sont aussi une cause importante des difficultés d’endormissement.

Un facteur comportemental

Le comportement lié à la prise de certaines substances favorise l’insomnie, c’est le cas par exemple de la caféine, du tabac, de l’alcool ou certains médicaments dont les effets secondaires peuvent conduire à des difficultés d’endormissement.

DIAGNOSTIC ET ÉVALUATION

CRITÈRES DIAGNOSTIQUES SELON LE DSM-51

Écrit par l’Association américaine de psychiatrie (APA) depuis plus de 60 ans, le Diagnostic and Statistical Manual ou Mental Disosdres (DSM), est l’ouvrage de référence pour les maladies mentales. Voici comment reconnaître la pathologie selon le DSM-5 :

Attention, ces critères ne sont qu’un guide pour aider au. Diagnostic. Seul un psychologue ou un psychiatre peut poser un diagnostic final

  • CRITÈRES DIAGNOSTIQUES SELON LE DSM-5

A/ La plainte essentielle concerne une insatisfaction liée à la quantité ou à la qualité du sommeil, associé à l’un ou plusieurs des symptômes suivants :

    • La difficulté d’endormissement.
    • La difficulté de maintien du sommeil caractérisé par des réveils fréquents ou des problèmes à retrouver le sommeil après un éveil.
    • Le réveil matinal précoce associé à une incapacité à se rendormir.

B/ La perturbation du sommeil est à l’origine d’une détresse marquée ou une altération du domaine social, professionnel, éducatif, scolaire ou autres domaines importants.

C/ Les difficultés de sommeil surviennent au moins 3 nuits par semaine.

D/ Les difficultés de sommeil sont présentes depuis au moins 3 mois.

E/ Les difficultés de sommeil surviennent malgré l’adéquation des conditions de sommeil.

F/ L’insomnie n’est pas expliquée par la présence d’un autre trouble.

G/ L’insomnie n’est pas liée à une substance.

H/ L’insomnie n’est pas liée à une affection médicale

ÉVALUER SA PATHOLOGIE

Le diagnostic se fera en premier lieu avec un médecin qui conduira l’entretien pour mettre en avant les symptômes et préconiser un rendez-vous avec un psychologue ou psychiatre pour connaitre la cause de ce dérèglement. Les thérapeutes peuvent s’appuyer sur deux tests pour diagnostiquer et évaluer le trouble.

  •   TEST ISI – index de sévérité de l’insomnie :

Il a pour objectif d’évaluer votre degré d’insomnie. Ce test de 7 items a pour objectif de dépister et d’évaluer la nature de l’insomnie, votre satisfaction par rapport à votre sommeil, votre fonctionnement au quotidien et votre anxiété liée aux troubles du sommeil.

  •  TEST PSQI – Index de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI) :

Ce questionnaire contient 10 questions avec sous-questions à réaliser par le patient et 5 questions par le compagnon de chambre s’il y en a un. Les questions sont regroupées en 7 composantes : 1) qualité du sommeil, 2) latence du sommeil, 3) durée du sommeil, 4) efficacité habituelle du sommeil, 5) utilisation de médicament, 6) perturbation du sommeil, 7) dysfonctionnement de la journée

TRAITEMENT ET THÉRAPIE

Le traitement de l’insomnie repose principalement sur un changement de comportement du patient. La thérapie comportementale et cognitive est la thérapie qui a obtenu les meilleurs résultats, elle visera notamment à motiver le patient à changer de comportement et l’aidera à reprendre de bonnes habitudes.

Il pourra également être prescrit un traitement médicamenteux de type antidépresseur ou somnifère qui pourra aider dans sa guérison.

Register

Have an account?